Imprimer

Communiqué de presse - conseil municipal 25 novembre - Revendications

blason-2016

 

Conseil Municipal du Tampon -
Séance extraordinaire du dimanche 25 Novembre 2018


Propositions du Conseil Municipal du Tampon au Gouvernement pour sortir durablement de la crise économique et sociale et permettre à la population
de retrouver le chemin de la confiance et de l’espoir.

Les propositions que nous adressons au gouvernement relèvent de l’urgence sociale et correspondent aux priorités exprimées par le mouvement des gilets jaunes : le pouvoir d’achat, l’emploi et le logement.


A/ Mesures en faveur du pouvoir d’achat

L’annulation de la hausse de la fiscalité régionale sur les carburants

Le Conseil régional, qui est, à La Réunion, l’autorité compétente pour la fiscalité sur les prix des carburants (taxe spéciale sur la consommation de carburant - TSCC) ), a voté le 14  décembre 2017 une hausse des tarifs : +  6,33  centimes par litre pour le gazole et +  3,22 centimes par litre pour l’essence. Il a aussi programmé des hausses pour 2019, 2020, 2021.

Nous prenons acte de l’annonce par le président du conseil régional du gel de la fiscalité sur les carburants jusqu’à 2021. Mais les prix actuels payés à la pompe demeurent trop élevés pour nos compatriotes, nonobstant la fluctuation des prix du baril de pétrole.

Nous demandons la suppression de la hausse des tarifs de la fiscalité régionale (TSCC) en vigueur depuis le 1er janvier 2018 et de revenir donc aux tarifs qui étaient en vigueur jusqu’au 31 décembre 2017.


La baisse des prix des produits de première nécessité

Les produits de première nécessité sont plus élevés à La Réunion, notamment en raison du coût du fret (coût du transport).
Pour les produits de première nécessité qui ne peuvent être produits localement, nous demandons que le coût du fret soit intégralement pris en charge par l’Etat et l’Europe au titre de la « continuité territoriale économique », dans le même esprit de ce qui est fait pour la Corse.

La revalorisation des petites retraites et des retraites des agriculteurs

L’application de la CSG aux retraités a provoqué une diminution des revenus des retraités, frappant durement les petites retraites.
La demande de revalorisation des petites retraites est plus que jamais légitime, d’autant plus que le coût de la vie est de 35% plus élevé à La Réunion par rapport à la métropole.
Cette revalorisation doit également concerner les agriculteurs dont la faiblesse des montants de retraites est inacceptable et reconnue par tous.


L’amélioration des revenus des salariés

Afin de favoriser une revalorisation des revenus des salariés :
 - allègement des cotisations  salariales
 - faciliter le recours aux heures supplémentaires pour les salariés qui le souhaitent en éliminant toutes les lourdeurs administratives .
Maintenir l’abattement de 30% de l’impôt sur le revenu
Renoncer à la mise en œuvre du prélèvement à la source

Réformer l’octroi de mer

Paiement de l’octroi de mer à l’embarquement des marchandises ( prix FOB) et non à l’arrivée ( prix CAF) pour réduire l’assiette soumise à cette fiscalité
Etudier les effets d’une suppression de l’octroi de mer et son remplacement par une TVA régionale

Lutter contre les monopoles

Rétablir les dispositifs anti-concentration dans tous les secteurs de l’économie


B/ Mesures pour l’ Emploi et la Formation

Rétablir les contrats aidés au même niveau qu’en 2016

Compte tenu du taux de chômage exceptionnellement élevé dont souffre La Réunion, le recours aux emplois aidés a permis de répondre à l’urgence sociale.
Les collectivités et les associations ont pu offrir à des jeunes des activités socialement utiles. La diminution drastique du nombre de ces contrats ( 26 000 en 2016, 11 000 en 2018) a projeté des milliers de jeunes et de pères et mères de familles dans le chômage, sans perspective.
Ainsi, les familles tamponnaises ont perdu 27 millions d’euros par an, la précarité s’est installée, l’économie a été affaiblie et la paix sociale menacée. Les manifestations des gilets jaunes expriment ce cri d’alarme.
L’urgence sociale commande de rétablir les contrats aidés au même niveau qu’en 2016, tant en nombre qu’en terme de financement, si l’on veut éviter demain des affrontements entre réunionnais et des révoltes.


Donner une formation à tous ceux qui n’ont pas d’emploi

- Etablir une meilleure adéquation entre l’offre et la demande
- Renforcer les missions du RSMA
- Favoriser la mobilité en s’ouvrant davantage vers les pays de l’Europe et de l’Océan indien
- Renforcer l’apprentissage des langues étrangères
- Obtenir le dédoublement de toutes les classes ainsi que classement de La Réunion en REP(réseau d’éducation prioritaire)

Mieux exploiter les ressources naturelles de l’ile pour créer de la valeur ajoutée

- Développer le Tourisme, secteur porteur d’un fort gisement d’emplois, en demandant à l’Etat de faciliter la délivrance des visas touristiques pour diversifier les marchés émetteurs( Afrique, Asie, Europe) et  renforcer l’attractivité touristique par la valorisation des sites et la création d’infrastructures
- Mieux adapter les normes aux réalités locales et assouplir la réglementation en dénouant l’étau que nous impose la DEAL, pour tout projet contribuant au développement économique et touristique
- Exploiter la ressource de la géothermie pour contribuer à l’autonomie énergétique
- Développer l’offre de transport public pour augmenter les alternatives au tout automobile
- Traiter à La Réunion et exporter à partir de La Réunion les poissons pêchés dans les eaux des Terres Australes et Antarctiques françaises (TAAF)


C/ Mesures en faveur du logement

 Aider les Réunionnais à devenir propriétaires de leur logement en rendant obligatoire la vente de logements par les SEM : procédure de location-vente après 15 ans ou vente obligatoire après 25 ans aux locataires ou à leurs enfants

Rétablir l’APL Accession

Programmation pluriannuelle de la LBU pour une meilleure programmation de la construction de logements

 Sécuriser dans la durée les dispositifs de défiscalisation


D/ Des mesures d’urgence pour les entreprises et les agriculteurs

Compte tenu de l’impact du mouvement social sur l’activité économique, nous soutenons les demandes exprimées par les acteurs économiques plaidant pour :
étalement sur 5 ans  des dettes fiscales et sociales des entreprises et des exploitations agricoles et suppression  des pénalités de retard
la mise en place d’un dispositif exceptionnel de chômage technique
le gel des frais bancaires sur une période de 6 mois
l’accélération du versement du CICE dès la fin de l’exercice en cours
le maintien des dispositifs actuels d’exonération de charges sociales

Le Conseil Municipal entend les cris de désespoir qui sont lancés par la population.
Il a maintes fois alerté les gouvernements successifs sur la gravité de la situation sociale et économique de notre île dont la dégradation conduit aujourd’hui à des mouvements de révolte.
Le Conseil Municipal demande au Gouvernement de prendre toute la mesure de l’urgence et de la gravité de la situation et d’écouter son peuple.

 

Cliquez : Liste des revendications des gilets jaunes du Tampon